Réunion du 13 février 2017

Introduction

Présentation - Jean-Claude Englebert

Présentation

Anthropocène et Finances

Manivelle – 13 février 2017

  1. Anthropocène et Entropocène

Anthropocène = terme dû au PN Chimie 1995 Paul Crutzen, météorologue et chimiste qui parle de « la période durant laquelle l'influence de l'être humain sur la biosphère a atteint un tel niveau qu'elle est devenue une « force géologique » majeure capable de marquer la lithosphère (enveloppe rigide de la surface de la Terre) »

Conceptuellement : analyse par les géologues de l’histoire de la Terre : identification d’une période à partir de laquelle l’activité humaine laisse des traces

Phénomène extrêmement rapide en comparaison avec l’histoire de la Terre et de son évolution.

Rapidité partiellement subjective puisqu’il y a possibilité de mesure

Rapidité aussi objective sur base de ce qu’il est possible de mesurer

A quand ça remonte ? Crutzen : fin 18ème siècle. Ma proposition

  • Difficile à dire – différents exemples de datation du début

  • Ensemble de « paliers politiques » : utilisation combustibles fossiles, mécanisation de l’industrie, mécanisation de l’agriculture, mécanisation des moyens de transport

  • Palier politique d’un capitalisme conquérant, sans limite

  • A relier à la globalisation des activités économiques et à la globalisation de l’anthropocène

  • L’humain est à jamais physiquement inachevé, donc doit sans cesse construire des prothèses (des vêtements aux implants neuronaux en passant par les rétentions tertiaires et en particulier numériques) et existe en tant qu’être pensant ; forme à la fois inaboutie et ultra-perfectionnée de vie ; cela se produit grâce à l’existence de conditions physiques extrêmement précises et fondamentalement instables, en termes d’environnement physique et chimique ; ce sont ces conditions qui constituent à la fois la possibilité de l’être pensant et donc civilisé et les conditions de la propre destruction de la possibilité de pensée, car la pensée requiert des conditions de quiétude qui pourraient disparaître : conditions d’existence et conditions d’auto-annihilation non pas de la Planète mais bien de la possibilité de penser, c’est-à-dire de mettre une couche de désir par dessus nos pulsions couche de désir définie collectivement, c’est-à-dire politiquement et culturellement.

01 « L’Anthropocène  est un terme de chronologie géologique proposé pour caractériser l'époque de l'histoire de la Terre qui a débuté lorsque les activités humaines ont eu un impact global significatif sur l'écosystème terrestre.  »

→ Beaucoup et peu

→ Risques :

  • De banaliser

  • De restreindre les conséquences à une vision restreinte de l’écologie, y compris politique, qui serait un domaine à côté des autres alors que l’anthropocène démontre qu’il s’agit d’nu domaine englobant tous les autres et englobé par tous les autres

  • De passer à côté de l’Entropie, généralisée par NGR à la matière : énergie « liée » - l’entropie d’un système clos croit constamment ; j’y reviens tout de suite

  • De ne pas ou de mal hiérarchiser, donc de se perdre

Ce que c'est que l’Anthropocène et en quoi ça nous intéresse ? Exemple de la machine de Claude Shannon, fondateur de la théorie de l'information - Vidéo

Auto-annihilation par l’Anthropocène des conditions d’existence de l’Anthropocène - Libération de l'infernal – la vie civilisée tombe en lambeaux

DONNER DES EXEMPLES !

Délibération impossible -> on ne peut négocier avec l'anthropocène : besoin de sur-imposer une nouvelle définition de la valeur et de lui donner une structure territorialisée, jusque et y compris dans les relations entre territoires

=> Deux séquences historiques anthropocéniques majeures et qui nous sur-déterminent – une seule ici

Entropocène : décrit la même chose que l’Anthropocène, mais on remplace « anthropos » - de l’humain par « entropie », mesure de l’augmentation du désordre dans une structure revenir sur pourquoi entropocène qualifie mieux et donc laisse apercevoir des manières de dépasser anthropocène et entropocène

Exemple de création d’entropie : eau, casserole, gaz, œuf cru

  • Cuisson de l’oeuf

  • Pas de déperdition d’énergie, changement de qualité : Energie libre dans le combustible → énergie liée dans la cuisine

L’entropie est intrinsèquement liée à la question de l’activité humaine et à celle du temps.

Question du temps : le cycle de l’énergie solaire crée localement (à l’échelle de la Terre) de l’entropie négative

  • La création de vie est une création de néguentropie au sens où cela met de l’ordre

  • Végétaux, combustibles fossiles

  • Cycle de l’énergie : exemple de la vapeur d’eau (énergie liée) qui emmagasine de l’énergie solaire, qui devient de l’énergie cinétique (montée en altitude), en canalisée (± naturellement) dans les cours d’eau

  • Marées

  • Création locale de néguentropie parce qu’à l’échelle cosmique, il y a bien dégradation irréversibles des étoiles

NGR pense bien le fait que la question du temps est mal posée en économie, en particulier les implications de la seconde loi de la thermodynamique et l'extension de l'entropie du strict domaine de l'énergie à celui de la matière – transformation de l’énergie libre en énergie liée, dégradation inéluctable de la matière

02 Analyse de NGR de l’activité économique :

  1. la lutte économique de l’homme se concentre sur la basse entropie de son environnement (énergie, matière structurée)

  2. la basse entropie de l’environnement est rare et ne peut être utilisée qu’une seule fois (rareté différente par exemple de celle de la terre agricole ou à urbaniser).

En combinant ce qui précède, fondamentalement, l’anthropocène est une course à l’entropie basse et cette entropie basse est un carburant ou un comburant nécessaire à l’accumulation du capital, course au sens où une entropie basse capturée et transformée en entropie haute l’est au seul bénéfice du détenteur des moyens de production.

L’entropie est un concept issu de la thermodynamique, généralisé à la matière. Il peut aussi l’être à la formation de la pensée. Il suffit de regarder le fonctionnement des réseaux sociaux, du système médiatique en général : le premier qui capte l’attention gagne et il y a anticipation du fait que ce soit le premier qui capte l’attention qui gagne.

La vie exosomatique est indissociable de la protention, « le désir (et l’attente)  de l’à venir, elle est ce qui dans le devenir constitue la possibilité de l’avenir – étant entendu que le devenir peut n’engager aucun avenir » (vocabulaire d'AI).

Aspect que je n'ai pas trouvé en tant que tel dans les travaux de NGR, en particulier lorsqu'il prétend que la création d'entropie est synchronisée avec l'activité économique.

Pourquoi l’entropocène est porteur de quelque chose ?

Parce que parler d’entropocène plutôt que d’Anthropocène fournit une base d’analyse qui permet ou permettra de construire autre chose

  1. Séquence historique #1 : depuis 1973

Projection dans le temps de la vie exosomatique -> projection de la création d'entropie, projection de l'activité économique.

Etude d’un palier politique

Besoin de planifier, de réduire l’incertitude et en particulier l’incertitude économique :

03 Cas 1 : j’aurai besoin de bois en hiver ; je sais combien il coûte maintenant, disons 100, mais je ne peux ou ne veux pas l’acheter maintenant (stockage, moyens financiers) : négociation avec le producteur de bois d’un prix futur, disons 110. En décembre, le prix au comptant du bois est à 105 mais je suis pris dans mon contrat et j’achète le bois à 110 ;

04 Cas 2 : j’avais fixé en juin le prix d’achat futur en décembre ; problème : le prix d’achat en décembre était beaucoup plus bas que le prix futur sur lequel le vendeur et moins nous étions mis d’accord ! Je négocie avec le producteur une option, droit qui n’est pas une obligation d’acheter du bois à un prix fixé en décembre prochain et je lui paie une prime pour cela ! Donc, je lui paie 5 et j’ai le droit d’acheter le bois à 100 en décembre ; si le bois vaut moins de 100 alors je n’ai aucun intérêt à exercer mon option

05 Activités qui ont existé dans divers domaines : matières premières, produits agricoles, produits énergétiques,…

Activités qui ont aussi existé par rapport aux termes de l’échange : taux d’intérêt, taux de change des devises : possibilité de prêter ou d’emprunter à des taux spécifiés, possibilité d’acheter ou de vendre des devises à des cours spécifiés

Activités qui existent par rapport à des valeurs intermédiaires entre taux & change et produits physiques : actions cotées en Bourse :

  • Dépendent en théorie des paramètres financiers (taux d’intérêt, taux de change,…) ;

  • Dépendent aussi de l’économie : ventes, croissance, qui ont des caractéristiques physiques (donc OK avec NGR)

06 Possibilités de profits pharamineux ! ILLUSTRER

→ tentation de la spéculation

→ on en reste à consommer les ressources naturelles et l’énergie au fur et à mesure de l’activité économique à la NGR

Ce qui est nécessaire pour pouvoir spéculer à partir des produits dérivés : dissocier les opérations sur les produits dérivés de l’intention de base, et donc pouvoir les considérer comme des contrats achetables et vendables indépendamment de la question de la planification → duplication à l’infini

07 Pas suffisant : il faut pouvoir leur assigner une valeur !

Black, Scholes, Merton – prix d’un contrat optionnel en fonction :

  • Du prix courant

  • Du taux d’intérêt à l’échéance

  • De la volatilité attendue du prix à l’échéance

Différent types de sous-jacents : termes de l’échange (taux, FX) ; actions ; matières premières ; événements de crédit ; événements climatiques ou environnementaux

08 « VALORISATION » de la volatilité, c’est-à-dire de l’incertitude, de la mesure du désordre, donc de l’entropie future

Attention à la distinction entre ce qui concerne purement des grandeurs financières (taux, FX) et ce qui concerne des événements physiques, peu ou prou

  • Grandeurs financières : monde numérique, toutes valeurs possibles

  • Grandeurs physiques : monde matériel, production de matières premières, événements de crédit

A un moment les deux mondes finissent par se rencontrer : cela peut couler des marchés sur les produits dérivés, cela peut couler les marchés physiques : arrêt du crédit, augmentation des taux d’intérêt, augmentation du prix des matières premières qui étranglent les industries, effondrement du prix des matières premières qui coulent les producteurs

09 Développement de l’anticipation, de la spéculation

Duplication à l’infini → volume de sous-jacent qui dépasse de très loin les volumes des échanges réels → la finance marche sur la tête : Mécanismes inverses : couler le sous-jacent – cas de la Grèce

Création d’un système hautement entropique et hautement anthropocénique de valorisation de la volatilité (incertitude) donc de valorisation positive de l’entropie future !

Crise des sub-primes !!! RIEN A VOIR AVEC TRADING HAUTE FREQUENCE !!!!

Fusée à deux étages :

  • Création d’un marché du crédit hypothécaire pour les clients insolvables

    • Basé sur l’anticipation de l’élévation des prix de l’immobilier → censé être la machine à créer de l’argent à partir de rien : perpétuation du marché, perpétuation de la croissance des prix grâce à ce marché, colmatage des pertes par la revente

    • Titrisation : revente des crédits

  • Création d’un marché de produits dérivés sur les crédits sub-primes → duplication à l’infini des possibilités de profits et des risques

Capacité de créer de l’entropie par anticipation et de créer du « commerce » inutile, toxique, destructeur sauf pour ceux qui créent le marché et en profitent avant que ça s’effondre

Reproduction sur une échelle de plus en plus large de mécanismes en vigueur sous leur forme actuelle depuis 1987

Création en violation avec l’impossibilité du mouvement perpétuel → c’est fictif, mais la formule de B&S permet de convertir les billets de Monopoly en vrai argent.

Ce que NGR ne pouvait pas voir : la possibilité de créer de l’entropie par anticipation par le biais des produits dérivés et leur capacité d’engloutissement – possibilité pour ce prolongement de la finance de conduire à l’annihilation de la finance elle-même dans ses aspects les plus élémentaires : le crédit et le système de paiement : en 1998 (crash LTCM – Scholes & Merton), 2008 (sub-primes)

Intrusion dans des domaines qui n’ont rien à voir avec la finance → question de leur valeur !

On n’en sortira pas sans définir une valeur qui soit indépendante de celle de la spéculation, tout en ayant les caractéristiques d’une monnaie, c’est-à-dire qui permettent l’échange (contrairement à des valeurs du type « bonheur intérieur brut » etc.).

« Lordon utilise des travaux de collègues pour dépasser les deux interprétations habituelles de la monnaie: interprétation substantielle et interprétation fonctionnelle. L'interprétation substantielle fait référence à la substance de la monnaie, à sa valeur “intrinsèque”: l'argent vaut quelque chose d'absolu. L'interprétation fonctionnelle fait référence à sa fonction de moyen commode d'échange. Pour dépasser cela, Lordon parle de “rapport social, institutionnellement armé. […] La monnaie n'est pas valeur en soi mais l'opérateur de la valeur”.  »

  1. De la création de valeur

Définition de la finance par Jean Tirolle « la finance remplit deux fonction du côté des emprunteurs : financer les entreprises, les ménages et les Etats et leur fournir des solutions leur permettant de se couvrir contre des risques susceptibles de les déstabiliser » – prendre sa vessie pour une lanterne

Création de valeur par les produits dérivés, pollution et dévoiement de la valeur – question de la monnaie

Définition de règles inaccessibles au commun des mortels et création de marchés qui dominent l’économie, la soustrayant à la satisfaction des besoins et à la délibération politique

Question de la délibération et ce qu’il ne faut pas négocier CQNFPN

Tordre le monde pour le ramener à une calculabilité, c’est performatif et ça marche jusqu’à un certain point, qui est l’effondrement du système qui a engendré cette calculabilité, tout comme la formule de Black&Scholes crée ses effondrements multiples :

- Avec des dégâts pendant l’effondrement

- En laissant ensuite un monde abimé et donc qu’il faut absolument si pas réparer en tout cas le soigner

- Consommation anticipée de ressources à venir

- Création d’un imaginaire de création de richesse soi-disant accessible à tous, sentiment d’un écrasement

La difficulté de démonter les fils, l’importance d’en construire d’autres

- comment donner un coût à la création d’entropie ?

- comment donner une valeur à la création de néguentropie ?

- comment l’exprimer, la qualifier, la quantifier ?

- comment structurer les relations entre territoires dans un contexte de mondialisation où on oppose mondialisation et repli sur soi xénophobe ?

- comment construire d’autres fils qui remplacent les fils existants ?

- internation

« Qu’est-ce que la vie ? » Erwin Schrödinger : mathématisation c’est-à-dire la mise en œuvre d’un appareil de démonstration de qui démontre l’incalculabilité du vivant

Contribution

Newsletter

Compte-rendu

Cet élément n'est accessible qu'aux utilisateurs enregistrés, connectez-vous

Soyez le premier à commenter ceci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *